Réunion d’élus transfrontaliers pour demander le classement du Mont Blanc au patrimoine mondial de l’Unesco

Des élus de localités françaises, suisses et italiennes se sont réunis mardi 24 Octobre 2017 pour signer une déclaration d’intention afin de faire figurer le Mont Blanc sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette réunion s’est également déroulée en présence de représentants du gouvernement français, suisses et italiens.

Conférence transfrontalière Mont Blanc

Le but de cette réunion était de préparer les éléments avant de préparer un dossier d’inscription visant à faire figurer le toit de l’Europe au patrimoine mondial de l’Unesco. Depuis 2000, le Mont Blanc est sur la liste indicative de l’UNESCO en France.

Après le dépôt de la candidature, l’UNESCO va évaluer le dossier et il faut compter un délai de 5 à 10 ans pour que cette agence de l’ONU rende son verdict. Si le Mont Blanc est inscrit sur la liste de l’UNESCO, cette promulgation n’interviendra donc pas avant 2022.

Plus de coopération transfrontalière

Les participants souhaite profiter de cette démarche afin d’augmenter la coopération entre les 3 pays. En effet, le massif du Mont Blanc s’étend sur les 3 pays avec une partie en France (Haute Savoie), une autre en Suisse (Canton du Valais) et en Italie (Vallée d’Aoste). L’Organisation environnementale WWF soutient également cette inscription.

Mont Blanc depuis aiguille du midi

Le sommet du Mont Blanc se trouve sur la commune de Saint Gervais les Bains. Le maire de cette commune, Jean-Marc Peillex, qui n’était pas d’accord avec la méthode et le timing de la demande n’a pas pris parti à cette réunion transfrontalière. M. Peillex est notamment défavorable à ce classement en raison du risque de sur-fréquentation du massif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.